Retour vers le menu
Accueil du site > Francais > Société > Nos activités > Transfert des barrages-réservoirs : Le Processus est lancé

Transfert des barrages-réservoirs : Le Processus est lancé

Le protocole d’accord régissant la période transitoire d’accompagnement liée au transfert des barrages de retenue à EDC par ENEO a été signé le mardi 13 octobre 2015.

Les choses se précisent sur le processus du transfert des barrages de retenue à Electricity Development Corporation. Conformément à la relecture du contrat de concession et de licence signé entre l’Etat du Cameroun et AES SONEL devenue ENEO Cameroun en 2014, les parties ont convenu que ENEO remettrait à l’Etat du Cameroun, les barrages de retenue du bassin de la Sanaga à savoir Bamendjin, Mape et Mbakaou y compris les biens propres y relatifs. La signature de cet accord marque une étape décisive dans ce processus. Au regard des exigences du secteur de l’électricité devenu pluriel et concurrentiel avec de nombreux opérateurs depuis la promulgation en 2011, le gouvernement par souci de transparence a décidé de confier la gestion de l’ensemble des barrages réservoirs existant et à construire sur le bassin de la Sanaga à une seule entité publique à savoir EDC, qui les exploitera dans l’intérêt de tous les utilisateurs.

Le protocole d’accord signé entre les différentes parties, vise donc à définir les modalités et le schéma transitoire de gestion des ouvrages de retenue ainsi que les responsabilités des parties dans le processus de transfert desdits barrages. Avant l’échéance, les parties ont aussi convenu que la période transitoire couvrira au minimum un cycle complet de remplissage et de vidange des ouvrages de retenue de manière à permettre un transfert fluide desdits ouvrages. Afin de préserver la sécurité de l’alimentation en énergie du pays. Le ministre de l’Eau et de l’Energie, Basile Atangana Kouna qui présidait la cérémonie, a souligné « que ce protocole définit les activités d’exploitation à mener pendant la période transitoire, ainsi que les responsabilités respectives de ENEO et de EDC ». Il s’agit selon le ministre de l’Eau et de l’Energie de la collecte des données hydrométriques à partir des stations de collecte sur les sites des ouvrages de retenue, la transmission desdites données à ENEO et à EDC, les manœuvres des vannes selon les consignes de « lâchure » des données, l’auscultation des barrages-réservoirs et le déploiement du personnel technique.

Toutes les parties prenantes sont conscientes des enjeux de ces barrages de retenue dans un système électrique à prédominance hydraulique comme celui du Cameroun. Basile Atangana Kouna a émis le vœu de voir toutes les parties prenantes mutualiser leurs efforts pour optimiser l’apport de ces ouvrages dans la production de l’électricité. A EDC les responsables disent être prêts à relever ces nouveaux défis en perspectives.

Galerie