Retour vers le menu
Accueil du site > Francais > Projets > Lom Pangar > Présentation > Apport énergetique de Lom Pangar la Sanaga

Apport énergetique de Lom Pangar la Sanaga

La Sanaga est le fleuve le plus important du Cameroun avec un bassin versant de 14.000 km² de superficie et un module interannuel d’environ 2.100 m3/s à son embouchure. En raison de l’amplitude des variations du régime hydrologique de la Sanaga, il est nécessaire de renforcer ses débits d’étiage pour accroître la productibilité énergétique des ouvrages de production.

Eloignement des réservoirs

La morphologie du bassin de la Sanaga ne permet pas de trouver des réserves suffisantes en tête des ouvrages de production. Par contre, il se trouve que le haut de son bassin offre d’intéressantes possibilités de régularisation, comme le témoignent les retenues existantes de Mbakaou, Bamendjin et Mape.

JPEG - 40 ko
JPEG - 29 ko
JPEG - 31.9 ko

La régularisation de la Sanaga par des réservoirs éloignés des ouvrages de production est rare pour des aménagements d’une telle importance. Le temps mis par un volume d’eau lâché à Mbakaou pour parvenir à Edéa est d’environ une semaine. Dans ces conditions, l’utilisation rationnelle de l’eau passe par une exploitation prévisionnelle complexe mais bien maîtrisée des retenues qui tient compte des prévisions de la demande aux bornes des centrales, mais aussi de la probabilité d’occurrence des précipitations dans le bassin intermédiaire, afin d’évaluer le volume des lâchures à effectuer à l’amont jour après jour durant l’étiage.

Capacités de stockages insuffisantes

Actuellement, les trois réservoirs existants permettent de garantir (19 années sur 20) un débit de 640 m3/s à SONG LOULOU, ce qui est insuffisant pour saturer ses installations (1.040 m3/s). Avec l’accroissement annuel de la demande, ce déficit de régularisation en saison sèche devient de plus en plus contraignant pour le Réseau Interconnecté-Sud (RIS) comme cela a été le cas au cours des années 2001 à 2003. Pour saturer SONG LOULOU, il est nécessaire d’augmenter le volume de stockage par la construction d’un quatrième réservoir de 6.000 hm3 environ pour assurer un débit supplémentaire de 350 m3/s avec un taux de défaillance satisfaisant. La réalisation d’un nouvel aménagement sur la Sanaga n’est pas envisageable sans une capacité de stockage supplémentaire car on prendrait le risque d’aggraver le risque de défaillance du système pendant les années déficitaires.

Choix de Lom Pangar

Un classement entre les différents projets de stockage d’eau par des barrages réservoirs ou de production mixte comprenant un ouvrage de régularisation a été réalisé. Les critères de comparaison étaient basés sur les coûts de réalisation ou les surfaces inondées ayant un impact fort sur l’environnement lié aux émissions de gaz à effet de serre. Toutes les études ont conclu que LOM PANGAR est l’ouvrage le plus important en termes de stockage qui puisse être réalisé.

Sur les ouvrages existants,

L’énergie complémentaire moyenne apportée par la retenue de Lom Pangar seule aux ouvrages de SONG LOULOU et EDEA est de 250 GWh. Cette valeur correspond à la moyenne des énergies annuelles obtenues en simulant pour chaque année étude toutes les années hydrologiques successives de 1972 à 2003. Le réservoir de Lom Pangar pourra donc en saison sèche garantir 90% du temps une énergie complémentaire à SONG LOULOU et EDEA de 600 GWh correspondant à une puissance d’environ 120 MW pendant les années déficitaires.

Production complémentaire apportée à SLL et EDEA par Lom Pangar Puissance garantie correspondante en période sèche
En espérance 250 GWh 50 MW
Production maximale 840 GWh 168 MW
90% du temps 600 GWh 120 MW

Sur les ouvrages à venir,

Lom Pangar valorisera le potentiel de la Sanaga pour près de 6.500 GWh comme le montre le tableau ci-après. En réalité, l’apport de Lom Pangar est beaucoup plus important que la valeur ci-dessus, compte tenu du schéma d’aménagement de certains sites et de l’effet de cascade engendré par les ouvrages comme KIKOT et SONGMBENGUE sur les ouvrages situés en aval. Il est à noter que la valorisation sur SONGMBENGUE n’est pas très importante comparativement à sa hauteur de chute et sa puissance équipée car cet aménagement dispose déjà d’un réservoir en tête de grande capacité permettant de régler par la même occasion la régularisation hebdomadaire de SONG LOULOU et EDEA.

AMENAGEMENT HAUTEUR DE CHUTE (m) APPORT DE LOM PANGAR (GWh)
SONG LOULOU (en exploitation) 42 480
EDEA (en exploitation) 24 274
Nachtigal amont 40 457
Song Dong 24 274
Grand Nachtigal 90 1 029
Kikot aval 50 571
Ngodi 45 514
Eweng petit projet 28 320
Eweng grand projet 73 834
Song Mbengue 81 926
Edéa amont 40 457
Grand Edéa 40 457
TOTAL 577 6 593
JPEG - 27 ko

Galerie