Retour vers le menu
Accueil du site > Francais > Projets > Lom Pangar > Actualité > Le barrage tel qu’il se construit.

Le barrage tel qu’il se construit.

JPEG - 298 ko

Depuis quelques mois maintenant, l’entreprise chinoise China International Water and Electric Corporation(CWE), la même qui a construit le barrage de Lagdo, à la fin des années 1970 et plus récemment a procédé au « recalibrage » de la rivière Mfoundi à Yaoundé, s’active pour le compte de EDC (Etat du Cameroun), dans la construction du barrage réservoir de Lom Pangar dans la région de l’EST ; avec pour maître d’œuvre, le groupement d’ingénieurs – conseil COYNE ET BELLIER/ISL. EDC News a profité de la visite de chantier du 03 mai 2O13 par les organes sociaux de l’Entreprise (Assemblée Générale et Conseil d’administration) pour faire le point sur l’état d’avancement des travaux du projet).

JPEG - 332.2 ko

Depuis l’installation du chantier jusqu’à la dérivation du fleuve Lom que l’on envisage sans faute, pour le mois de juillet prochain, plusieurs étapes techniques, les unes aussi complexes que les autres ont été franchies (traversée provisoire, construction du pont de chantier, aménagement des batardeaux). Certes il aura fallu beaucoup d’énergie, de l’ingénierie à coup sûr, mais aussi et surtout sans doute une bonne dose d’ingéniosité. Dieu merci, ces qualités et ce potentiel ne manquent, ni chez le maître d’œuvre, ni chez l’entrepreneur chinois, encore moins chez le maître d’ouvrage EDC, dont la vigilance sur l’évolution des travaux s’est accrue.

Comme leur nom le suggère un peu, les murs d’entonnement et de restitution se trouvent pour les premiers, en amont du barrage, et ont pour rôle de « forcer » les eaux du Lom à emprunter les pertuis. Tandis que les murs de restitution situés eux, en aval, recueillent les trombes d’eau des pertuis pour les « restituer » à volonté au Lom et plus loin à la Sanaga… Au regard de la hauteur du barrage (45m) et du volume d’eau (6milliards de m3) qu’il devra retenir bon an mal an, et de la puissance du débit propulsé à travers les pertuis, il est tout à fait indiqué que les murs de soutènement de part et d’autre de la partie centrale du barrage, soient particulièrement résistants. A ce sujet, aucune inquiétude à avoir : les murs de soutènement prennent leur naissance sur le socle granitique situé dans les entrailles du Lom. Ce qui en fait une maçonnerie à toute épreuve. Situés l’un en rive droite et l’autre en rive gauche, les murs de soutènement constituent également des contreforts de transition de ce barrage mixte (murs en béton et remblais en terre). Pour autant, une attention toute particulière, qui n’a d’égale que les forces auxquelles ces murs de soutènement seront soumis au fil du temps, y a été portée.

La fondation de l’usine de pied

Dans le chronogramme général, les travaux de l’usine de pied doivent commencer bien plus tard. Cependant, pour des raisons d’efficacité visant à terminer une bonne fois pour toute les travaux de soubassement, il était judicieux que l’on construisît aussi la fondation de l’usine de pieds en même tant que les autres structures de base du barrage proprement dit. Dans la même logique, le site d’accueil du Poste de transformation - départ Ligne HT se dessine en rive gauche, légèrement en contrebas de l’usine de pied. Voilà le barrage tel qu’il se construit au fil des jours, rapidement, mais sûrement

Galerie