Retour vers le menu
Accueil du site > Francais > Projets > Lom Pangar > Actualité > 6 mois après la pose de la première pierre le DG evalue l’etat d’avancement du (...)

6 mois après la pose de la première pierre le DG evalue l'etat d'avancement du chantier de Lom Pangar

Q. M. le DG, à quel niveau exactement se trouve la réalisation des travaux sur le Barrage de Lom Pangar ?

R :

JPEG - 179.1 ko

Lorsqu’on construit un bâtiment ou une route, on est à l’aise de dire c’est 30 ou 40 %, mais un barrage, c’est plusieurs chantiers à la fois, et ce qui est plus facile pour nous d’apprécier, c’est le niveau du respect du planning général des travaux, l’évaluation que j’ai faite récemment sur le projet avec des experts qui suivent le travail m’amène à avoir deux conclusions  : Première : nous travaillons pour respecter le 1er objectif majeur du projet qui est la première mise en eau du barrage en juillet 2014 ; et la deuxième mise en service de l’usine à pied en 2016, nous avons mis sur pied, toutes sortes de stratégies pour tenir ce calendrier, pour y arriver, il faut absolument que nous réussissions ce que nous appelons les travaux de dérivation au cour de cette saison sèche. Quand je parle de dérivation, il ne s’agit pas de dérivation provisoire. Les ouvrages que vous vus sur le chantier sont des ouvrages définitifs.

Q . M. le DG, nous voulons savoir ce qui va changer, est-ce que les Camerounais auront droit aux retombées du projet, ou alors ce sera une partie seulement ?

R.

JPEG - 169.2 ko

Pour comprendre le rôle extrêmement stratégique de Lom Pangar dans le système énergétique camerounais, il faut déjà comprendre ce qui se passe aujourd’hui, il se passe qu’on a un déficit très important. L’une des causes de ces déficits, étant l’irrégularité du debit du fleuve Sanaga, celui-ci disposant de 70 % du potentiel énergétique camerounais, et les deux centrales qui permettent d’assurer l’approvisionnement en énergie électrique sont les centrales de Song Loulou et Edéa. Il faut savoir que le débit de la Sanaga passe de 11000 m3/s à la saison des pluies (octobre) à moins de 100 m3/s au mois de mars, avec ça, le Cameroun avait conduit trois barrages réservoir à savoir : Mbakaou, Mape, Bamedjin, qui totalisent à peu près 6 milliards de m3 cube d’eau qui permettent de régulariser le fleuve Sanaga à 700 m3/s. Lom Pangar doublera la capacité de régularisation du fleuve Sanaga, il représentera à lui seul la somme de trois autres barrages réservoir, ceci représente à Song Loulou et Edéa une énergie hydro-électrique garantie dans le programme de la construction du barrage de Lom Pangar, nous avons prévu un volet de rectification rurale, on pense a près de 150 localités de l’Est qui seront raccordées à ce réseau. La région de l’Est aura enfin une énergie hydroélectrique moins chère que l’énergie thermique. Lom Pangar représentera près de 200 méga watts. 170 méga watts pour Song Loulou et Edéa, et 30 méga watts à l’Est, et les 6 milliards de m3 de la retenue Lom Pangar, c’est le doublement de la capacité. Et pour terminer, ça va déclencher un processus de construction du barrage sur la Sanaga, je pense en particulier au barrage de Nachtigal qui attend et Song Mbengue qui ne peuvent être réalisés que s’il y a Lom Pangar, c’est pour ça que le Président de la République cite toujours Lom Pangar au 1er rang il va changer la vie des camerounais, ça va aussi permettre l’implantation des industries qui demandent de l’énergie bon marché, ça va permettre l’importation au plan important sur l’économie nationale. Six mois après la pose de la première pierre du barrage hydroélectrique de Lom Pangar, le DG de EDC marque un temps d’arrêt pour évaluer l’état d’avancement des travaux. Il ressort de cet entretien avec la presse que le projet avance normalement et le délai de mise en eau du barrage en juillet 2014 sera tenu.

Q. Est-il possible que certains des villages dans la zone du projet bénéficient de la magnanimité qu’a le village new Lom Pangar ?

R.

JPEG - 175.2 ko

Nous avons commencé par le village que vous appelez New Lom Pangar et nous avons d’autres villages qui vont être transformés, Lom 2, je pense aussi à Goyoum, conformément aux accords de la banque mondiale, l’indemnisation comporte deux ou 3 volets, il y a l’indemnisation, c’est-à-dire, l’argent qu’on a donné aux populations, l’accompagnement, c’est-à-dire, changer l’habitat. Il faut savoir lorsqu’on dit que Lom Pangar représente 230 milliards, il y a plus de 40 milliards sur le plan de gestion environnementale et sociale, c’est-à-dire que c’est pas l’argent pour construire le barrage, c’est l’argent pour améliorer la vie de la population, c’est un vaste programme de développement des populations qui va au-delà de la simple production d’énergie.

Galerie